Lettre ouverte des délégués nationaux

FO vigilant et mobilisé pour obtenir des garanties sur l’emploi et les salaires dans le groupe Carrefour

Paris, le 11 Janvier 2018

Le 23 janvier, Alexandre Bompard, PDG du Groupe Carrefour, annoncera un vaste plan de restructuration des activités commerciales et organisationnelles.

Les salariés ont de légitimes interrogations sur la portée sociale de ces mesures, et à ce titre sont en droit d’obtenir des garanties sur leur avenir.

FO dénonce la stratégie de « Vraies/Fausses » nouvelles distillées par voie de presse, non démenties par la Direction, inquiétant fortement les salariés.

Force Ouvrière tire le signal d’alarme depuis de nombreux mois, sur le manque de lucidité des dirigeants du groupe et dénonce la succession de mauvais choix du conseil d’administration, qui impactent aujourd’hui la pérennité de l’emploi.

Carrefour a raté le rendez-vous du numérique, et ne semble pas en capacité aujourd’hui de relever les défis technologiques. La révolution digitale bouleverse nos vies, et redéfinit le quotidien des salariés dans l’entreprise.

Etre à la hauteur, c’est comprendre l’ampleur du changement qui frappe le secteur de la distribution

FO constate que l’actionnariat du groupe change progressivement de mains, notamment avec l’arrivée de 2 banques américaines (JP Morgan et Bank of America), qui possèdent aujourd’hui 12% du capital, pendant que la presse bruisse de projets régressifs, où FO ne trouve rien de bon pour les salariés.

Maîtriser les transformations pour ne pas les subir

Forts de ces constats, les délégués nationaux FO-Carrefour se sont réunis les 9 et 10 janvier pour mettre en commun les inquiétudes des différentes entités, partager leur analyse de la situation, et les conséquences pour les salariés.

Fidèle à son histoire sociale chez Carrefour, Force Ouvrière première organisation syndicale du groupe, réaffirme sa volonté de dialogue et de négociation.
A ce titre, FO demande l’ouverture de négociations sur la base des dispositifs existants (GPEC, Plan de Départ Volontaire autonome…) et rejette catégoriquement la Rupture Conventionnelle Collective (RCC), et toute idée de départ contraint. FO revendique des solutions individuelles de reclassement pour chacun des salariés potentiellement impactés par ces projets.

Déterminés à agir les délégués FO-Carrefour décident de préparer la riposte, qui débutera par une journée nationale de mobilisation, d’information et de revendications : Le jeudi 8 février 2018