Comité de groupe Carrefour

29 novembre 2018

Les 28 et 29 novembre 2018, s’est tenu le Comité de Groupe Carrefour. Ce fut l’occasion pour les différents responsables de formats de nous présenter les plan de transformation pour chacun d’eux.

La délégation FO a posé ses revendications pour les mois et années à venir. La digitalisation galopante de la société, l’apport des nouvelles technologies et le plan de transformation Carrefour 2022 initié par Alexandre Bompard, sont à la fois un défi opérationnel et technique pour l’entreprise, mais également social où FO, comme le prouve son histoire dans le groupe, saura peser de tout son poids dans les négociations pour que les salariés ne soient pas exclus de l’équation.

Déclaration FO

Plutôtque de longs discours idéologiques, la délégation FO souhaite vous exprimer l’inquiétude des salariés sur leur avenir et l’avenir du groupe. Conscient que la pérennité de l’activité de nos magasins, de nos entrepôts, de nos métiers, de nos emplois ne se fera pas sans une adaptation aux nouvelles technologies notamment par le développement exponentiel du digital ; cependant nous souhaitons aborder un certain nombre de points de vigilance et de revendications sur lesquelles nous seront amener à débattre avec vous lors des prochaines réunions des IRP, de l’observatoire et des futuresnégociations :
-La prise en compte des exclus du numérique (dus notamment à l’« illectronisme», à l’âge, au handicap…),
-La réduction des inégalités,
-L’articulation de la complémentarité́ humain/machine au seul bénéfice de l’humain,
-Le refus de toute déshumanisation du travail au mépris du salarié et de la relation client,
-La volonté́ de préparer le plus en amont possible et de mettre en œuvre la transition professionnelle découlant des évolutions technologiques et des projets de transformation,
-Se donner les moyens d’une véritable formation afin de garantir à tous les salariés d’égales opportunités professionnelles et d’adaptation aux évolutions des métiers.
-Établir une cartographie des métiers à l’échelle du groupe s’affranchissant des différents formats pour donner plus de visibilité à la mobilité interne.
-Remettre l’ascenseur social en route ce qui, pendant des années, était gage de réussite professionnelle, de motivation des femmes et des hommes de l’entreprises et était un levier important de la bonne performance de Carrefour
-Renforcer le pouvoir d’achat des salariés notamment par la mise en place de la prime transport,
-Combattre la précarisation des salariés les plus fragiles en favorisant les CDI plutôt que les CDD
-Combattre les RPS et les mauvaises conditions de travail liées notamment aux transformations organisationnelles
-et enfin, bien évidemment, une réelle égalité femmes-hommes